Rechercher
rechercher

Des écoliers vaudois chanteront avec Titeuf

resizedkid

Répétition générale

Jeudi dernier, 13?h?50. Les professeurs de musique ont donné rendez-vous à leurs élèves devant le collège du Belvédère, à Lausanne. En tout, une soixantaine de têtes blondes s'apprêtent à fouler les planches aux côtés des comédiens de Titeuf ? le pestacle. Ce rendez-vous est l'ultime répétition générale avant la première représentation, mercredi.

Sur le chemin du Casino de Montbenon, les institutrices sont aussi ravies que leurs élèves. «J'ai retrouvé quelques classes depuis la rentrée et ils n'ont pas oublié les paroles», sourit Marie-Christine Righetti. «Après cette longue pause estivale, nous n'avons plus eu l'occasion de chanter ensemble, ajoute sa collègue Astrid Gloor. On verra ce que ça donne.»

Choristes en herbe



Issus de classes de 8e et de 9e de six établissements vaudois, dont cinq lausannois, les préados exercent leurs gammes depuis le printemps dernier. Mais la collaboration avec la production est plus ancienne. «Karim Slama m'avait contactée il y a déjà deux ans pour ce projet, dévoile Astrid Gloor.

Il souhaitait faire participer la jeunesse régionale à l'événement.» Après plusieurs mois de discussion, une réunion s'est tenue l'an dernier entre tous les enseignants motivés et les organisateurs, s'en est suivi le recrutement des chanteurs.


Motivations diverses


Parmi les choristes, les motivations sont diverses. Certains sont de vrais fans de Titeuf, d'autres admirent Karim Slama et son travail. Enfin, les derniers aiment tout simplement chanter. «Je ne connaissais pas ce personnage, témoigne Tâm, 11?ans. Mais la chanson me plaît beaucoup!»

Intitulée Pour la route, elle plonge ceux qui l'entendent dans l'univers du garçon à la célèbre mèche blonde, comme un trait d'union entre générations. «Titeuf existe depuis plus de vingt ans, mais il est toujours d'actualité, reprend Astrid Gloor. Les paroles évoquent les chewing-gums sur les cartables, l'enfance faite d'insouciance et les promenades à bicyclette.»

Arrivés dans le casino, les enfants s'installent aux côtés des élèves de l'Elysée, qui participent également à l'aventure. Tous trépignent d'impatience de montrer aux comédiens ce qu'ils ont appris. «Je n'ai pas du tout le trac! affirme Kenny, 10?ans. J'ai déjà participé à des spectacles, je connais cette salle et je suis habitué à la scène.»

En piste !



Au moment de la mise en place, tous attendent le signe du metteur en scène depuis les coulisses. Le public est plongé dans le noir, le silence est total. Quand les musiciens entament la première note, le décor s'anime et le héros fait son entrée. La suite s'articule pour créer la surprise: d'abord la guitare, suivie de la batterie, des acteurs, et enfin, bouquet final, de l'arrivée des choristes en herbe.

«C'est un peu dommage qu'ils ne chantent pas depuis le début, regrette l'institutrice de l'Elysée Joséphine Duruz. Nous avions beaucoup travaillé l'aspect émotionnel. Mais l'effet crescendo est réussi.»

Les classes du Belvédère participeront à quatre représentations, les 8, 14, 15 et 22 septembre. Quant aux chanteurs de l'Elysée, ils seront de la partie le 21 septembre, à deux reprises.

(Source 24 heures)

(31.08.2016)
Partager:
© ecoliers.ch - by etucom / 2018