Rechercher
rechercher

À l'école de la pensée

ecole_philosophie

Lorsque les enfants apprennent à philosopher

Développer la pensée créative et l'esprit critique, tel est le credo des cours de philosophie pour écoliers organisés un peu partout en Suisse romande. Et la formule marche. Ils sont de plus en plus nombreux à venir suivre ces enseignements attirés par une matière peu étudiée à l'école obligatoire (voir: encadré) mais pas seulement. «Cela fait déjà quinze ans que nous mettons sur pied des séances de dialogue philosophique pour enfants et adultes. La perte de repères, la recherche de sens et la nécessité de réfléchir par soi-même dans un monde de plus en plus mouvant expliquent l'intérêt des parents pour cette matière», explique Maria-Julia Stonborough-Eisinger, membre du comité de l'association proPhilo.

L'âge des questions

L'enfant se plaisant à interroger le monde qui l'entoure - qui ne s'est jamais trouvé pris au dépourvu devant une question de son rejeton ? -, le dialogue philosophique peut tout à fait être proposé dès que le bambin commence l'école (vers 4/5 ans). La matière est alors pratiquée sous forme de discussion entre les participants. L'animateur ne donne pas d'explications théoriques mais aide les enfants à développer leur pensée.

Déjouer les pièges du monde moderne

Partant du principe que la pensée s'entraîne comme un muscle, l'idée des rencontres de proPhilo est de fournir aux enfants des outils de réflexion, qui leur seront utiles tout au long de la vie. Dans une société où la consommation règne en maître, apprendre à réfléchir peut, en effet, s'avérer utile pour ne pas se laisser manipuler par des arguments jouant sur le désir et l'émotion comme le matraquage publicitaire sait si bien le faire. À l'adolescence, savoir raisonner constitue, également une bonne manière de résister aux influences extérieures négatives : consommation d'alcool/tabac, jeux en ligne, réseaux sociaux. «Nous collaborons d'ailleurs avec le Groupement Romand d'Etudes des Addictions (GREA), qui a mis sur pied des ateliers philosophiques de prévention des comportements excessifs en ligne», souligne Maria-Julia Stonborough Eisinger.

L'apprentissage du bien vivre ensemble

Les formateurs pour enfants de proPhilo enseignent donc avant tout à raisonner et à entrevoir la complexité du réel sous différents points de vue. Pour ce faire, ils se basent toujours sur un support bien défini qui invite au dialogue. Ce peut être une fable, une histoire ou encore un poème. Les bambins sont, ensuite, invités à exprimer sous forme d'un questionnement ce qui les a dérangés dans le texte, surpris ou encore touchés. Les participants sont libres d'exprimer toutes les questions qui leur traversent l'esprit. Le rôle de l'animateur est alors de diriger le groupe, de cheminer avec lui tout en lui fournissant des pistes de réflexion. «Cela donne de belles discussions, y compris avec les plus jeunes. Je me souviens d'une après-midi rencontre où il était question de vieillesse. Certains bambins pensaient qu'à vingt ans, on était déjà vieux. Nous avons prolongé la réflexion en explorant plus précisément les notions d'âge et de vieillissement, et du lien entre les deux. De beaux échanges qui ont fait revoir aux petits leur notion de ce phénomène naturel», raconte Maria-Julia Stonborough Eisinger. Ce type d'enseignement permet donc aussi de revoir son point de vue, de respecter l'opinion d'autrui, de l'écouter sans porter de jugement et sans lui couper la parole. Bref, d'apprendre le bien vivre ensemble. La philosophie s'avère, à cet effet, une excellente école de la vie.


La philosophie à l'école

En Suisse, la philosophie n'est pas une branche obligatoire à l'école primaire et au secondaire I. «Son étude dépend de l'initiative individuelle des pédagogues», indique Maria-Julia Stonborough Eisinger, membre de l'association proPhilo. À noter que certains établissements privés ont mis sur pied un enseignement de ce type. Au secondaire II, cette matière est obligatoire dans certains cantons seulement comme le Valais et Fribourg, par exemple.

Partager:
© ecoliers.ch - by etucom / 2018