Rechercher
rechercher

Mon enfant ne veut pas faire ses devoirs

mon_enfant_ne_veut_pas_faire_ses_devoirs

Que faire ?

Les tâches à domicile sonnent comme un véritable calvaire pour votre bambin? À l'heure de se mettre à ses devoirs, votre progéniture trouve toutes sortes d'excuses? Il a faim, il a soif, ou alors ce n'est tout simplement pas le moment... Conseils.

En la matière, il y a raison et raison. En effet, différentes causes peuvent pousser un écolier à refuser d'effectuer son travail. Il vaut alors la peine de s'interroger sur ce qui motive son refus plutôt que de le traiter de «paresseux» et d'«incapable».

«Je ne comprends pas»

Premier cas de figure, votre enfant cherche à masquer son ignorance. Il ne comprend pas bien les consignes données et préfère ignorer le problème plutôt que d'y faire face. Le bambin va vite se trouver démuni face à la pile de devoirs qui s'entasse au coin de sa chambre. Prenez le temps de lire les instructions avec lui et assurez-vous qu'il a bien compris.

«Je suis nul»

Le refus de se mettre au travail peut aussi résulter d'un blocage. C'est le cas si votre progéniture a obtenu mauvaises notes sur mauvaises notes. Il peut alors manquer de confiance en lui et de motivation. Rassurez-le sur ses compétences et accompagnez-le dans ses apprentissages scolaires.

«Ça ne sert à rien»

Après une journée passée à l'école, votre bambin peut ne pas voir l'utilité de remettre l'ouvrage sur le métier. Expliquez-lui qu'il est important de revoir ce qu'il a appris en classe afin de vérifier s'il a bien tout compris et mémorisé. Les devoirs constituent également un excellent exercice de gestion de son temps. Idéalement, les tâches à domicile ne devraient pas excéder deux heures par jour pour les 8-12 ans.

«J'ai besoin d'amour»

Refuser de faire ses devoirs constitue aussi un bon moyen d'attirer l'attention. Accompagnez-le dans ses tâches à domicile tout en lui promettant de lui consacrer un moment rien qu'à lui, une fois les leçons terminées.

«Je manque d'intérêt»

L'ennui peut aussi expliquer le refus de votre progéniture à se mettre au boulot. Dans ce cas, allez plus loin dans la matière à acquérir par le biais d'activités d'approfondissement. Par exemple, si votre enfant doit apprendre le livret de 2 et qu'il le connaît sur le bout des lèvres, apprenez-lui le livret du 3. Idem s'il doit connaître le nom des animaux de la forêt, promenez-vous dans un bois et montrez-lui les autres richesses que cet endroit recèle.

«Je suis trop fatigué»

L'épuisement peut aussi entraver l'élève dans ses apprentissages. Dans ce cas, revoyez votre programme journalier en adaptant l'horaire du coucher.

Si aucune des raisons invoquées ne motive le refus des devoirs de votre enfant, n'hésitez pas à en parler avec l'enseignant afin de trouver ensemble une solution. Il n'y a aucune honte à avoir.


Devoirs entre bienfaits et méfaits

À l'heure actuelle, aucune étude n'a permis de prouver que les tâches à domicile amélioraient les performances scolaires. Les devoirs présentent, cependant, certains avantages. Petit florilège:

  1. Responsabilisation de l'enfant et augmentation de son autonomie
  2. Consolidation du savoir acquis à l'école et acquisition de nouvelles connaissances
  3. Bonne habitude de travail, sens de l'autodiscipline

Mais étudier à la maison peut aussi s'avérer négatif pour l'enfant en entraînant une surcharge de travail et une fatigue cognitive plus importante. Sans oublier que les tâches à domicile peuvent empiéter sur les loisirs et les activités extrascolaires. Il peut aussi en résulter une pression parentale plus élevée ainsi qu'un stress accru. Enfin, principal grief que l'on reproche, habituellement, aux devoirs: ils augmenteraient la différence de niveau entre les plus faibles et les meilleurs, l'encadrement parental étant différents selon le niveau socio-éducatif des parents. Une bonne manière de mettre fin à ces inégalités réside, peut-être, dans le développement de l'horaire surveillé par des professionnels de l'éducation.

Partager:
© ecoliers.ch - by etucom / 2018